Vous devez changer de poste ou de lieu de travail dans votre entreprise ? Vous êtes ravi, mais vous craignez que ce changement de vie n’ait des répercussions sur votre vie personnelle et familiale. Voici quelques conseils pour que tout se déroule aux mieux.

La mutation professionnelle : avant de partir

Avant d’accepter la mutation, prenez le temps de bien étudier le profil du poste proposé et vérifier qu’il correspond bien à vos compétences. En signant la clause de mobilité dans votre contrat, vous avez accepté une modification de votre lieu de travail à la demande de votre employeur. Toutefois, si l’emploi proposé ne correspond pas à vos compétences et se trouve dans une zone géographique inhabituelle, vous pouvez refuser le poste sans crainte d’être licencié.

Pensez aussi en termes de changement de vie et pas seulement de carrière. Veillez aussi à ce que votre conjoint et vos enfants acceptent de vous suivre et vivre ailleurs sans amis et famille pendant quelques temps.

Comme pour un déménagement dans le cadre d’une vente de son bien immobilier, il faut mener une enquête préliminaire. Avant la date de la mutation, offrez-vous des week-ends ou des séjours courts pour découvrir la région et la ville. Évaluez vos futures conditions de vie et les possibilités d’accès à l’emploi pour votre conjoint ou de scolarisation pour les enfants.

Renseignez-vous auprès de votre entreprise sur les avantages qu’elle propose à ses salariés : vous pouvez bénéficier du prêt Action Logement (anciennement 1 % logement) acheter votre nouvelle résidence, déménager, ou faire des travaux. Contactez la caisse d’allocations familiales pour son aide au déménagement ou de congés d’installation. Si vous n’êtes pas logé par votre employeur, vous devrez très probablement rechercher un appartement ou une maison par vous-même. Renseignez-vous sur le prix de l’immobilier et le coût de la vie pour les comparer au salaire proposé, et renégocier celui-ci éventuellement.

Mutation professionnelle : pendant la période probatoire

La mutation professionnelle comprend une période probatoire à valider. En cas d’échec, vous retrouvez vos activités professionnelles antérieures, ou vous pouvez retourner dans l’affectation précédente. Pour cette raison, organisez votre départ en deux temps. Vous pouvez bénéficier d’un logement temporaire assuré par l’employeur avant de faire déménager l’ensemble de la famille, ce qui laisse aussi le temps d’affiner l’enquête.

Mettez vos nouveaux collègues à contribution pour obtenir des informations de première main. Ils vous aideront certainement à choisir le bon quartier où vous implanter en fonction de vos nouveaux critères, comme le prix réel de l’immobilier, le temps de trajet réel, la qualité de vie… Ils vous indiqueront probablement les meilleures adresses pour toutes vos activités quotidiennes et de loisirs et constitueront la base de votre nouveau réseau social local. Profitez aussi de cette période pour faire venir votre famille le plus souvent possible pour que chacun puisse s’acclimater progressivement. Faites-la participer aux visites pour trouver votre futur logement, ainsi tout le monde donnera son avis. Si vous ne trouvez pas votre bonheur, investissez dans l’immobilier neuf, vous choisirez ainsi votre emplacement, votre logement (appartement ou maison) et sa superficie. Pour rappel, si vous êtes locataire, vous pouvez bénéficier d’un préavis réduit à un mois pour mutation professionnelle ou si vous vous situez dans une zone tendue.

Pensez aussi à assister aux réunions d’accueil des nouveaux arrivants dans la ville. Vous serez surpris de tout ce que vous pourrez y apprendre, par exemple les informations culturelles et touristiques que les natifs ne connaissent pas toujours. Sans oublier les dates et les procédures des inscriptions scolaires, le choix de votre médecin traitant. De plus, c’est encore l’occasion de faire de nouvelles rencontres pour agrandir encore votre cercle de connaissances et d’amis peut-être.

LAISSER UN COMMENTAIRE